SSPM ‒ un chemin vers la musique
Société Suisse
de Pédagogie Musicale
DE   FR   IT
Zurück zu «SSPM : Revue Musicale Suisse»

Lucas Bennett: Comment es-tu arrivée à la musique?

Claire Grin : J'ai plutôt l'impression que c'est la musique qui est venue à moi. Dans ma famille, mes parents jouaient du piano et du violon et ils ont tenu, malgré des moyens limités, à ce que leurs enfants apprennent tous à jouer d'un instrument. Je n'ai jamais eu l'impression de travailler, c'était un plaisir. Au départ, le chant a eu pour moi une importance encore plus grande que l'instrument: nous chantions en famille, à la maison, dans les réunions, et plus tard j'ai fait partie d'un chœur d'enfants qui travaillait tous les jours. J'ai eu la chance d'avoir des professeurs qui m'ont laissé une certaine autonomie et pas mal de liberté dans mon apprentissage. Cela m'a permis de développer une passion pour le déchiffrage de partitions de tous les genres musicaux et de découvrir ainsi tout un répertoire. J'ai également eu la chance, habitant Montreux, de pouvoir assister assez tôt à des concerts symphoniques. Enfin j'ai été admise au Conservatoire de Lausanne dans la classe de la pianiste Denise Bidal et commencé un véritable travail en profondeur.

L.B. : Comment es-tu arrivée à la SSPM?

C.G. : J'ai un profil un peu atypique. Après mon baccalauréat, j'ai entrepris d'abord des études de Lettres que j'ai menées jusqu'au bout. Sans jamais arrêter toutefois la pratique de mon instrument, Par la suite, mariée et mère de famille, j'ai vécu aux USA pendant plus de 6 ans et là j'ai eu l'occasion de reprendre des études au niveau professionnel. Mon professeur, à Washington, m'a incitée à enseigner, disant que cela me confirmerait dans mes points de vue musicaux! Quand je suis rentrée en Suisse, j'ai souhaité valider mon expérience par un diplôme. C'est à ce moment que j'ai eu connaissance de la possibilité d'étudier dans le cadre de la SSPM, et j'ai pu terminer des études complètes. Je me suis aussi spécialisée en éducation musicale Willems pour les petits. Je serai éternellement reconnaissante envers les professeurs qui m'ont permis de réaliser cela, Marie-Louise Sérieyx, Denise Bidal et Jacques Chapuis.

L.B. : Comment as-tu vécu ton travail dans ta section?

C.G. : Admise aussitôt comme membre dans la SSPM, je suis entrée au comité du groupe vaudois.

J'en ai assumé la présidence pendant  9 ans : pendant cette période, nous avons travaillé à la reconnaissance de notre travail pédagogique par l'Etat de Vaud et obtenu, non seulement de présenter nos élèves aux examens de fin d'études non professionnelles organisés par les écoles de musiques et les conservatoires, mais de recevoir une subvention importante qui a permis de financer nos examens. Cela nous a obligés à revoir nos programmes d'études et à les aligner sur ceux des écoles de musique. Ce système fonctionne encore de nos jours. J'ai pu, à cette époque, apprécier les rencontres avec des personnalités, dont les qualités humaines ont certainement été à la base de la notoriété acquise par la SSPM. 

L.B.: Qu’est-ce qui t’a amenée à t’engager au comité central?

C.G. :C'est venu un peu comme une surprise! La section vaudoise m'avait déjà incitée quelques années plus tôt à présenter ma candidature, mais j'y avais renoncé pour des raisons personnelles. J'étais par ailleurs très active dans le cadre de l'ASMP, où je suis accréditée en didactique et membre de la commission professionnelle. Brigitt Leibundgut qui m'a contactée, m'a persuadée d'accepter et je me suis décidée, car les défis me semblaient intéressants. 

L.B.: Comment s’est présenté ton travail au CC et comment as-tu vécu l’évolution du comité central durant cette période? Quels ont été les principaux thèmes pour toi?

C.G. : Au début, j'ai un peu tâtonné, car, forte d'une expérience essentiellement du domaine pédagogique, j'ai dû me familiariser avec le fonctionnement d'un certain nombre d'organismes, en particulier apprendre les initiales de leur nom en allemand et en français! Je connaissais assez mal aussi ce qui touchait au domaine syndical.

On m'a chargée des contacts avec les sections romandes et je pense que tout s'est passé agréablement sur ce plan. Le travail du CC est un travail d'équipe qui fonctionne selon les règles de la tolérance. Cela ne me posait pas de problème, je n'étais pas venue pour imposer des idées et faire des propositions fracassantes, mais pour m'initier et peu à peu contribuer activement aux différents projets.

La SSPM a vécu une période saine du point de vue financier ces dernières années, si bien que, ces soucis nous étant épargnés, nous avons pu nous concentrer sur d'autres thèmes de réflexion. Au départ nous avons tenté de redéfinir notre position. Dans ce sens, j'ai établi avec Brigitte Scholl un tableau de nos partenariats par rapport au monde musical, politique, les relations internationales, nos liens  avec la presse et différents moyens de communication, afin d'évaluer dans quel sens diriger nos actions et aller vers l'essentiel. Notre présidente a exprimé dès le départ de son mandat le désir et la vision d'une SSPM moderne et efficace. Efficaces, je pense que nous l'avons été, en tout cas sur le plan intérieur, en apportant notre soutien aux sections pour des actions ponctuelles, ou pour offrir un certain nombre de services administratifs. Nous avons mis en place une banque de données, pour faire connaître l'enseignement privé et donc directement utile à nos membres individuels. 

Déjà bien engagée dans le monde syndical en tant que membre de l'USS, la SSPM a créé des liens renforcés avec l'USDAM et avec la LCH dont elle est devenue également partenaire, consolidant ainsi sa place en Suisse et renforçant sa visibilité.

Nous nous sommes beaucoup concentrés sur les relations publiques, en offrant une image valable de la société, dans le but de recruter de nouveaux membres. Cette prospection, par distribution de flyers ou autres documents publicitaires, s'est récemment intensifiée, avec la proposition audacieuse d'une ouverture à d'autres membres que des musiciens exclusivement pédagogues.

Dans l'ensemble, en revenant sur notre activité depuis mon entrée, je constate que le comité central a suivi une ligne de pensée et de conduite plutôt logique et qu'on peut lui rendre hommage sur ce point. Quant à moi, cette période m'apparaît comme un enrichissement personnel.  

L.B.: Selon toi, quelles seront les tâches et possibilités de développement de la SSPM à l’avenir, à quoi faudrait-il s’atteler?

C.G. : La SSPM se trouve actuellement à un carrefour. C'est une institution vieillissante, de nombreux membres âgés sont inactifs ou démissionnent. Un rajeunissement des effectifs est indispensable tant au niveau des membres, que des comités. Les personnes jeunes ne désirent pas s'impliquer par manque de temps, d'expérience, de motivation. Il y a heureusement des exceptions, mais rares. Les tâches administratives devraient elles aussi faire l'objet d'un renouvellement. J'ai ressenti, pendant mon mandat, que l'on était parfois emprisonné dans des habitudes, des préoccupations inutiles ou superflues, qui peuvent devenir oppressantes. Les contacts élargis, les implications dans d'autres domaines que celui, exclusif, de la pédagogie, exigent davantage de présence partout pour faire valoir nos positions. 

Le changement peut se faire dans les objectifs. En ce sens l'ouverture à une nouvelle population, dans la mesure où elle n'implique pas un changement d'identité complet, est valable. Le maintien d'un nombre suffisant de personnes pour faire vivre l'association nécessitera une analyse fine, non seulement des motivations qui incitent des jeunes à devenir membres, mais aussi des réponses que nous pouvons apporter à leurs attentes. Dans ce sens, il est presque indispensable qu'une étude soit lancée, à la suite de la campagne de recrutement.    

Sur le plan administratif, des changements sont à prévoir. L'implication temporelle est importante même avec un secrétariat qui fonctionne à la perfection. J'imagine qu'un minimum de professionnalisation sera indispensable pour faire face aux exigences et aux sollicitations de plus en plus importantes. 

Les dates de notre section

Le prochain événement sera annoncé dès que possible.

Les dates des autres sections

23.06.2018 | Ehingervilla, Münchenstein BL
Jubiläumskonzert der Sektion NWCH
23.06.2018 | Ehingervilla, Münchenstein BL
SchülerInnenkonzert Violoncelloklasse Kaspar Zwicky
23.06.2018 | Ehingervilla, Münchenstein BL
SchülerInnenkonzert Klavierklasse Isabel Amigo
23.06.2018 | Ehingervilla, Münchenstein BL
SchülerInnenkonzert Klavierklasse Wolfgang von Dechend
29.06.2018 | Hottingersaal, Zürich
Schülerkonzerte der Sektion Zürich
Komplette SMPV Agenda
La SSPM est la plus grande association professionnelle dans le domaine musique et formation en Suisse. Composée d'un comité central et de 15 sections régionales, elle offre à ses membres un large éventail de services et s'implique dans la défense de leurs intérêts professionnels.

Visitez la SSPM sur Facebook